Retour sur les propos polémiques d’Agnès Thill

Des paroles « insupportables et méprisantes ». Voilà comment Benjamin Griveaux qualifiait les propos de la députée LREM de l’Oise Agnès Thill, dont l’exclusion ou le maintien au sein du parti est en cours d’examination. 

La dernière polémique en date concerne la procréation médicalement assistée. Dans une vidéo mise en ligne lundi 21 janvier, la députée a déclaré à propos des femmes seules souhaitant recourir à la PMA: « Elles en ont envie, mais est-ce que la médecine a vocation à répondre à une envie ? Un enfant n’est pas un médicament, c’est un être humain. Qu’est-ce qu’on fait si un drogué souffre ? On lui donne de la drogue ».

Depuis, la députée de l’Oise a retiré ses propos, mais assure toutefois « maintenir ses positions ». Le 17 janvier, Agnès Thill associait les « parents d’intention », et les « écoles coraniques ». Dans une lettre adressée à ses collègues LREM, Agnès Thill affirmait : 

« Le parent d’intention permet la multiplication des parents, le mot parent n’a alors plus aucun sens. Il en découle politiquement que cette absence de sens de genre dans le mot « parent » favorise l’éclosion d’écoles coraniques et le départ de nos élèves vers celles-ci ». 

En septembre, elle s’était faite remarquer avec un tweet sur l’islamavant de supprimer son message.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au mois de novembre, la députée avait déjà suscité des critiques, pour avoir estimé que l’Assemblée Nationale se trouvait « sous l’influence d’un puissant lobby gay »

Anna M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *